Retour au blog

Les ETI françaises en marche vers la transformation digitale

D’après le second baromètre de la maturité digitale des ETI françaises réalisé par EY, de plus en plus de dirigeants semblent reconnaître l’importance du digital dans leur métier. Ils l’appréhendent d’ailleurs avec optimisme, le considérant comme un levier permettant de créer de la valeur. Retour sur les chiffres clés de l’enquête.

Les ETI globalement convaincues par la transformation numérique

Plus de 9 entreprises de taille intermédiaire sur 10 reconnaissent l’opportunité offerte par la transformation numérique de leur activité. Lors du premier baromètre, seules 32 % des entreprises avaient déclaré s’être lancées dans un process de transformation digitale. 80 % des ETI ont désormais pris des mesures pour répondre à leurs besoins technologiques. Ainsi :

  • 5 % des ETI françaises sont toujours au stade des premières réflexions
  • 34 % d’entre elles ont déjà mis en place des initiatives concrètes
  • 46 % ont lancé des actions et ont déjà commencé à constater des résultats
  • 13 % ont pleinement intégré le digital à leur offre et process

Les enjeux de la transformation numérique pour les ETI

6 entreprises sur 10 ont prévu d’accroître le budget dédié à la transformation digitale par rapport à l’année précédente. Cela permettrait de répondre à leurs enjeux de croissance :  

  • Optimiser la relation client
    • 60 % des ETI ont investi dans des solutions CRM pour mieux interagir avec le client tout au long du parcours d'achat
    • 42 % analysent les données pour comprendre le client et adapter le parcours utilisateur
  • Favoriser la vente en ligne grâce aux sites de e-commerce
    • intégration de formulaires de contact et d’un moteur de recherche
    • achat en ligne / click and collect
    • aide en ligne
    • être plus visibles grâce aux SEO
  • Développer leur image de marque notamment grâce à leur activité sur les réseaux sociaux. Ces derniers servent également à optimiser le recrutement, lancer des opérations événementielles et obtenir des avis de leurs clients.

Pour la suite, les ETI manifestent le souhait d’investir dans des actions de cybersécurité et de développement d’une stratégie d’innovation ouverte aux partenariats.

Qui se charge de la transformation numérique ?

Dans les entreprises à taille intermédiaire, plusieurs profils sont désignés pour s'occuper des plans de transformation digitale :

  • le directeur des systèmes informatiques
  • le président
  • le directeur marketing
  • le chief digital officer

Les profils les plus recrutés pour réfléchir à ses problématiques sont les webmasters / développeurs, les community managers et les responsables de la sécurité des systèmes d’informations.

Des disparités dans la mise en œuvre de la stratégie digitale

La transformation numérique touche tous les secteurs malgré une différence dans le rythme de développement.

La grande consommation en avance sur les autres secteurs

Le secteur de la grande consommation est en avance avec 56 % des ETI ayant dépassé le stade de découverte et débuter le déploiement de leur stratégie digitale. A savoir qu’en moyenne, 46 % des entreprises en sont à ce stade.

Le secteur de l'industrie en retard

Alors que 50 % des entreprises interrogées considèrent la transformation digitale comme (très) importante, ce chiffre descend jusqu'à 37 % pour les ETI de l’industrie. Pourtant, une transformation digitale pourrait profondément changer et simplifier les usages. Par exemple pour :

  • la modélisation et la digitalisation de l’environnement de production
  • la robotique
  • la maintenance prédictive
  • les objets connectés

Un retard global de la France au niveau européen

Même si le phénomène de transformation digitale gagne la France, celle-ci peine à rattraper son retard face à d'autres pays européens. Sur 28 pays de l’union, elle se place à la 16e place de l’indice DSI en 2017 (digital economy and society index). On retrouve, parmi les causes possibles, un modèle managérial peu adapté aux enjeux digitaux ainsi que des charges trop élevées qui limitent les investissements.

Par conséquent, seules 13 % des ETI maîtrisent totalement le digital. 50 % n’a encore défini aucune stratégie.

En conclusion, la transformation digitale n’en est qu’à ses prémices, les entreprises ayant pris du "retard" peuvent donc tout à fait bénéficier de ses avantages en mettant en œuvre leur stratégie digitale.

Sources :

EY, Baromètre de la maturité digitale des ETI en France, deuxième édition, 2018