Retour au blog

Comment lancer (et financer) intelligemment votre start-up ?

Touche-à-tout de génie, brillant inventeur et redoutable entrepreneur, Benjamin Franklin considérait que la prise de risques était une condition sine qua non au succès :

“Il y a bien des manières de ne pas réussir, mais la plus sûre est de ne jamais prendre de risques.”

Près de 300 ans et quatre révolutions industrielles plus tard, la notion d'entrepreneuriat n’a que peu changée. Cependant, son accessibilité a été bouleversée par l’émergence d’internet.

Si les mythes fondateurs des hérauts de la Silicon Valley ont largement participé à forger cette image d’apparente simplicité : un ordinateur + un garage = succès. Il n’en reste pas moins qu’aujourd’hui, le succès d’une start-up passe davantage par le partage du « risque » que par celui de sa création de valeur pure.

La question qui se pose alors pour tous ces néo-entrepreneurs est la suivante : « Comment lancer intelligemment ma start-up et comment limiter mon exposition aux risques en validant mon business model ? ».

Entrepreneur(e)s de tous horizons, soyez rassuré(e)s ! Il existe désormais une multitude de mécanismes et d’approches permettant de lancer votre start-up facilement, sans hypothéquer votre maison ou laisser votre belle-mère en caution (avec tout le respect que nous avons pour les belles-mères).

Étape n°1 : valider le concept

Après avoir préalablement travaillé en détail sur le business model, les projections financières, la faisabilité technique (vous trouverez de nombreux articles sur le web à ce sujet) il est désormais temps de créer un POC (proof of concept) pour valider votre idée. Le POC se réalise sur un panel d’utilisateur test.

Le développement d’un POC peut se présenter sous deux formes :

  • le POC design (maquette)
  • le POC technique (test de la fonction principale).

En réalité, il s’agit d’un « avant-prototype », un modèle ultra simplifié composé uniquement de la fonctionnalité principale/cœur de métier.

Vous pouvez réaliser vous-même les maquettes de ce POC si vous possédez des compétences en graphisme. Dans le cas contraire, vous pouvez le faire réaliser par une connaissance, par un designer freelance ou par une agence (fourchette de prix en 1 000 € et 3 000 € HT en moyenne).

Concernant le financement de ce POC, les pistes sont nombreuses : love money, fonds propres, crowfunding, concours de pitch, BPI France, incubateurs, réseau entreprendre, etc.

Étape n°2 : Développer votre MVP (minimum viable product)

Si vous avez testé le POC auprès d’un panel d’utilisateurs, collecté les feedbacks et intégré les différents retours, vous êtes prêts à passer à la phase suivante : la réalisation du MVP (pour en savoir, plus je vous recommande Lean Startup - Adoptez l'innovation continue d’Eric Ries, la bible de l’entreprenariat en mode start-up).

D’ailleurs, d’après ce même Eric Ries, le MVP est « la version d’un nouveau produit qui permet à une équipe de collecter sur les clients early adopters le maximum d’enseignements validés, et ce avec un minimum d’effort »

Le MVP répond donc à la question suivante : comment acquérir le plus d’informations sur les attentes du marché par rapport à ma proposition de valeur, en limitant l’exposition aux risques ?

D’un point de vue financier, les sources sont moins variées que pour le POC car les sommes sont plus importantes. Vous pouvez cependant compter sur : les fonds propres, le crowdfunding, BPI France, les incubateurs, les accélérateurs, etc.

Étape n°3 : faites appel à des investisseurs et construisez une « dream team » cohérente

Maintenant que vous avez prouvé au monde entier que votre projet pouvait être pris au sérieux, il est temps d’aller conquérir la lune ("scale up" comme disent les anglosaxons) et chercher de nouveaux investisseurs.

Pour aller rencontrer les Business Angels (montants allant de 50 000 € à 500 000 €) et les Capitaux Risqueurs (de 500 000€ à plusieurs millions d’euros) mieux vaut avoir un dossier solide et enrichi par les différentes étapes que vous avez réalisées.

Cependant, au-delà de la qualité « objective » de votre projet (business model, rentabilité, faisabilité technique, etc.) la composition et la qualité des « ressources humaines » de votre équipe est un aspect fondamental et trop souvent négligé pour convaincre vos futurs investisseurs.

Aujourd’hui, les partenaires financiers misent difficilement sur un profil unique et privilégient les compétences complémentaires qui rassurent sur la pérennité du projet. Il est donc préférable d’associer un profil commercial/marketing à un ingénieur/développeur pour couvrir une bonne partie des compétences nécessaires à la réussite de votre projet.

Si vous ne possédez pas ces profils au sein de votre start-up au moment de votre levée de fonds, vous pouvez parfaitement vous faire accompagner par une agence sur ces sujets. Encore mieux, vous pouvez faire aider pour le recrutement d’un CTO et ainsi vous envoler vers l'infini et au-delà !

En savoir plus sur :