Retour au blog

Retour sur le PHPTour 2018 à Montpellier

Pour la dernière édition du PHPTour, l’AFUP a choisi le soleil puisque c’est Montpellier qui a été désignée pour organiser l’événement. Rajoutez à ça un programme alléchant, de la tête d’affiche au rookie. Il n’en fallait pas plus pour qu’une délégation Novaway soit formée pour s’y rendre ! (Bon, le fait que l’on soit sponsor et speaker a également pesé dans la balance). Voici donc notre retour sur l'événement (des liens vidéo seront ajoutés dès qu'elles seront disponibles).

Conférence PHPTour Montpellier 2018

Ethique et loi

A moins de 10 jours de sa mise en application, on a parlé (un peu trop ?) du RGPD.

Frédéric Hardy

C’était d’ailleurs le sujet de la conférence de Frédéric Hardy qui nous a montré que la nouvelle réglementation allait apporter une charge de travail non négligeable. Elle se lissera néanmoins dans le temps en s’intégrant dans nos process. On peut râler contre le RGPD, mais vu la place que prend le numérique dans nos vies, il est nécessaire de s’interroger sur le monde dans lequel nous voulons vivre, et l’impact d’une telle réglementation sur ce monde.

Laurent Chemla

Laurent Chemla nous a ensuite invités à débattre sur l’éthique et le rôle des dévelopeur·se·s et créateur·rice·s d’outils numériques de façon plus globale. Nous avons échangé sur la façon dont nous devrions placer le curseur entre liberté totale des utilisateurs et bonne conduite guidée. Il nous a donné des pistes pour réfléchir à la place de l’éthique dans notre travail.

L’écosystème Symfony

Nicolas Grekas

D’un point de vue technique, nous n’étions pas en reste. En bons "afficionados" du framework Symfony, nous avons pu voir Nicolas Grekas nous présenter toutes les améliorations plus ou moins importantes qui ont été faites sur Symfony 4. Celles-ci donnent la possibilité de tirer le meilleur parti de PHP7 et d'améliorer les performances du framework de façon significative.

Kévin Dunglas

Kévin Dunglas, quant à lui, nous a parlé d’une brique essentielle d’API Platform, le composant Serializer. Cet élément de Symfony a beaucoup évolué depuis sa création et propose aujourd’hui une multitude de possibilités souvent méconnues.

Mathieu Santostefano

Parce que l’internationalisation peut vite devenir l’enfer des développeur·se·s Symfony, Mathieu Santostefano nous a enlevé une belle épine du pied en nous montrant comment externaliser la gestion des traductions. Cela permet de passer moins de temps à déployer des traductions et plus de temps à apporter de la valeur ajoutée.

Romain Monceau

Quel rapport entre Doctrine et la bière ? Le nombre de variétés de ce breuvage houblonné en fait un excellent cas d’étude pour que Romain Monceau nous montre les lacunes de Doctrine en termes de traitement de masse. Romain nous a donné des clés pour monitorer et optimiser ces traitements.

Un peu d’architecture

Arnaud Lemaire

En proposant une approche progressive et itérative, Arnaud Lemaire a rendu moins complexe le CQRS. Nous avons vu les problèmes que ce style d’architecture cherche à régler, les difficultés que l’on peut rencontrer en appliquant ces principes et comment les résoudre. On ne va pas mentir, on s’est bien trituré le cerveau sur le chemin de l’hôtel quand on a commencé à réfléchir à la façon de mettre ça en place par rapport à nos pratiques actuelles.

Julien Vinber

Dans une présentation taillée sur mesure pour le lieu de l’événement, les salles d’un multiplex Gaumont, Julien Vinber nous a rappelé les bases de la programmation événementielle dans une métaphore filée entre l’implémentation d'une fonctionnalité et le monomythe de Joseph Campbell.

PWA, GraphQL et REST

Richard Hanna

On a bien évidemment parlé des technologies dans l’ère du temps, comme les PWA. Richard Hanna nous a présenté un cas concret de la mise en place d’un mode offline. Le projet Chalkboard Education - sur lequel travaille Richard - propose du e-learning sur smartphone pour les étudiants du Ghana et de Côte d’Ivoire (où l’accès à Internet est relativement limité).

Jimmy Escrich, Arnaud Lafon et Kévin Dunglas

On a pu en apprendre beaucoup sur GraphQL grâce à :

  • un retour d’expérience complet de Jimmy Escrich et Arnaud Lafon qui ont travaillé sur sa mise en place pour le site AlloCiné.
  • une conférence de Kévin Dunglas qui nous a présenté son intégration sur l’outil API Platform. On a eu droit à du bon debunking des “révolutions” apportées par GraphQL par rapport à REST. Nous en avons conclu que GraphQL apporte principalement de l’élégance structurelle à des possibilité déjà offertes par un webservice REST implémenté correctement. Le point noir, c’est que ce gain s’obtient avec une vision très Zuckerberkienne du web, où tout est agrégé. Alors que les principes du REST s’appuient sur l’hypertexte et sa vision d’un web où l’information est libre et décentralisée.

Un nécessaire retour aux bases

Benoit Jacquemont

Les technologies de pointe, c’est bien. Il faut néanmoins parfois savoir revenir aux bases, à la façon dont nos applications communiquent avec le noyau de notre système d’exploitation (chef d’orchestre de toutes les interactions entre les différents éléments logiciels). Benoit Jacquemont nous a emmenés dans la matrice grâce à l’outil Strace. Ce qui nous a paru, dans un premier temps, comme de l’affichage d’instructions inintelligibles dans une console s’est finalement révélé être une riche source d’information pour débugger des problèmes de toutes sortes.

Joel Wurtz

Il y a 5 ans, François Zaninotto était venu troller le ForumPHP en nous disant que la seule bonne façon de faire de l’asynchrone en PHP, c’était d’utiliser NodeJS. Les choses ont bien changé aujourd’hui, et Joel Wurtz est venu nous montrer les différentes solutions pour éviter le callback hell, que ce soit aujourd’hui avec la librairie amphp, ou demain, avec la prometteuse RFC Fiber qui veut faire des traitements asynchrones un détail d’implémentation.

Le rôle du PHP-FIG

Sara Golemon et Hannes Van De Vreken

Le travail du PHP-FIG ( Framework Interop Group) a été mis en avant cette année, dans un premier temps par Sara Golemon, contributrice de PHP, ex-Facebook, ex-Yahoo (entre autre …) et évidement membre du PHP-FIG. Elle nous a présenté le rôle de cette instance dans la mise en place des standards PSR, en particulier de la mise en place d’interfaces (au sens POO du terme) qui facilitent les interactions entre les différents éléments d’une base de code.

Hannes Van De Vreken a, quant à lui, apporté plus de détails liés aux PSR-6 et PSR-16. Ceux-ci étaient relatifs à la mise en place, la genèse et l'intérêt d’un système de cache.

Il faut de tout pour faire un monde

Edouard Cunibil

Parce qu’il n’y a pas que la technique dans la vie des developpeurs PHP, Edouard Cunibil nous a distillé les principes importants de respect, de conduite, de diversité et d’inclusivité dans la construction d’une communauté. Il a pris l'exemple de celle qui gravite autour du CMS Drupal.

Sarah Haïm-Lubczanski

Sarah Haïm-Lubczanski est venue nous rappeler le lien entre notre amour pour l’écriture de documentation et le fait que nous soyons régulièrement en train de râler quand un outil est mal documenté. Entre petites astuces et grands principes, elle nous a donné des outils pour nous améliorer.

Nicolas Lœuillet

Nicolas Lœuillet nous a montré que son projet open source Wallabag lui a apporté de nombreuses compétences (techniques et entrepreuneuriales) sur lesquelles il peut aujourd’hui capitaliser.

Cédric Spalvieri (c'est moi ;) )

On en profite pour placer un #shamelessplug puisque j'ai eu la chance de pouvoir venir parler de l’importance de la communication dans la maintenabilité d'une base de code (que ce soit entre dévelopeur·se·s ou avec d'autres corps de métier).

Les conférences qui sortent du lot

Nicolas Wurtz

Certaines conférences sont sorties du lot. On pense notamment à la présentation de l’outil GRAOU par Nicolas Wurtz qui a eu droit à une standing ovation méritée. Il nous a rappelé que l’on peut accomplir de grandes choses lorsque l’on est motivé par cette vision pourtant simple “Créer du lien grâce à l’outil numérique”. Un grand merci à lui pour nous avoir remémoré avec humilité que l’important dans ce que l’on fait, c’est l’humain. On oublie trop souvent que beaucoup des outils que l’on utilise aujourd’hui viennent de cet idéal.

Hélène Schapira

Kudos également à Hélène Schapira qui était un peu l’alien de l’événement. Responsable du personnel dans un EHPAD, elle est venue nous parler de notre contrat de travail en faisant l’effort d’adapter son discours à notre métier (la qualité de ses trolls excuse facilement son manque de justesse technique). Elle a su intéresser son auditoire avec un sujet que nous ne serions clairement pas allés chercher de nous-mêmes.

Clap de fin

On ne pouvait pas finir cet article sans remercier les sponsors et surtout les bénévoles de l’AFUP sans qui ces 2 jours n’auraient pas été possibles. De l’intendance technique à l’apéro communautaire, ils ont assuré pour que cette ultime édition se passe dans une ambiance de partage et de bonne humeur.

PS : on déplore quand même terriblement qu’avec toutes ses références à Iron Man, Frédéric n’ait pas été placé en salle J.A.R.V.I.S, et que Benoît n’ait pas pu nous emmener dans la matrice depuis la salle Morpheus !